Afficher cette page en : Français Néerlandais
  RECHERCHER

Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
Recherche de A à Z
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > Culture de pommes de terre en Belgique...
Communiqué de presse (14/04/2021) Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur Facebook LinkedIn


Culture de pommes de terre en Belgique : mesures concernant la pourriture brune dans les provinces d'Anvers et de Limbourg

  La pourriture brune est une maladie causée par une bactérie, Ralstonia solanacearum, qui affecte essentiellement les cultures de pommes de terre. Cette bactérie a déjà été détectée dans les cours d’eau en provinces d’Anvers et de Limbourg où il est désormais impossible de l’éradiquer.

Etant donné le risque d’une contamination des cultures de pommes de terre via les eaux de surface, les cultivateurs de pomme de terre situés dans certaines communes de ces deux provinces sont tenus de respecter des mesures de protection.

Cette bactérie ne touche que certains végétaux et ne se transmet pas à l’homme.


En Belgique, on compte près de 100.000 hectares de culture de pommes de terre. L’AFSCA, en collaboration avec les régions et les cultivateurs, surveille de près ces cultures afin de détecter précocement l’apparition de foyers d’organismes de quarantaine et de les éradiquer, le cas échéant. Ainsi, en 2019, ce sont 2.567 échantillons qui ont été prélevés par l’AFSCA et analysés dans le cadre de cette surveillance.

Si, ces dernières années, la production belge de pommes de terre est restée indemne de contamination par la pourriture brune, la bactérie Ralstonia solanacearum est toujours présente dans des cours d’eau situés en provinces d’Anvers et de Limbourg. Cette bactérie est impossible à éradiquer dans les eaux de surface. Le seul moyen d’éviter des foyers de contamination dans les cultures de pommes de terre est donc l’application stricte de mesures de protection. Sa détection dans les lots de pommes de terre (plants ou consommation) entraîne, entre autres mesures de lutte, l’interdiction de planter ces lots et l’obligation de les transformer sous conditions de quarantaine faute de quoi ils peuvent être détruits.


Mesures de protection obligatoires

Les cultivateurs de pommes de terre situés sur les 45 communes concernées (PDF) sont tenus de respecter des mesures de protection, dont l’interdiction d’utiliser, pour l’irrigation ou pour toute autre besoin, de l'eau de surface pour la culture de pommes de terre, de tomates et d'aubergines.

Ces mesures s’accompagnent notamment d’une déclaration obligatoire de toute parcelle cultivée de plus de 10 ares. A partir de cette année, cette déclaration annuelle ne doit pas se faire auprès de l’AFSCA si elle a déjà été faite auprès de la Région flamande (pas de zones de protection en Région wallonne) dans le cadre des primes PAC.

Toutes les informations concernant les mesures de protection obligatoires sont disponibles sur le site Internet de l’AFSCA ou directement via ce document (PDF).

Les cultivateurs concernés peuvent contacter l’AFSCA via l’Unité locale de contrôle (ULC) dont ils dépendent.

Tous les producteurs concernés sont dans l’obligation de respecter strictement ces mesures. En cas de contamination, ils pourraient être tenus responsables et leur droit aux indemnisations prévues à la suite des mesures de lutte citées ci-avant pourrait être compromis (AR du 5 décembre 2004 fixant les cotisations de crise temporaires dues par les producteurs de pommes de terre pour l’indemnisation de pertes subies suite aux mesures prises contre des organismes nuisibles).


L’AFSCA et la santé végétale

La surveillance de la santé des végétaux demeure une mission centrale de l’AFSCA. Elle est organisée sur la base de programmes prédéfinis qui s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie sanitaire globale.

Cette surveillance a pour objectif de détecter précocement l’apparition de foyers d’organismes de quarantaine afin de les éradiquer. Elle permet aussi de garantir, au niveau international, que nos végétaux et produits végétaux satisfont aux dispositions légales. Dans ce cadre, plus de 7.500 échantillons sont réalisés chaque année.



  Personne de contact pour la presse:
Stéphanie Maquoi
stephanie.maquoi@afsca.be
Tél. : 0478 69 57 84
Notre mission est de veiller à ce que tous les acteurs de la chaîne fournissent aux consommateurs et les uns aux autres une assurance optimale que les aliments, les animaux, les plantes et les produits qu’ils consomment, utilisent ou détiennent sont fiables, sûrs et protégés, maintenant et à l’avenir.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 14.04.2021    |   Haut de la page
Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Notre politique de cookies   |   Déclaration sur l'accessibilité   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA - Tous droits réservés   |   Extranet