Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
Plan du site
 
Accueil > Professionnels > Production animale > Animaux > Santé animale > Peste porcine
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 

Peste porcine classique


   

Actualité
Présentation de la maladie
Mesures de prévention et de lutte
Législation
Situation en Belgique et à l'étranger

Fiche pratique


 




Actualité  

 

Le cheptel porcin belge est officiellement indemne de peste porcine classique depuis mai 2015.




Haut de la page


Présentation de la maladie

 

 

La peste porcine classique est une maladie virale provoquée par un pestivirus, de la famille des Flaviviridae.

 

Cette maladie affecte les suidés domestiques et sauvages (porcs et sangliers notamment) mais n’est pas contagieuse pour l’homme.

 

Symptômes cliniques

Selon la virulence de la souche impliquée, la peste porcine va se présenter sous différentes formes :

  • forme aiguë : forte fièvre, anorexie, léthargie, désordres hématologiques s’accompagnant d’hémorragies sous-cutanées et d’ictère, diarrhée, mort rapide (2-3 semaines) et taux de mortalité pouvant avoisiner les 100% ;
  • forme subaiguë : symptômes moins intenses, avec un taux de mortalité moindre et la mort survenant dans un délai plus long ;
  • forme chronique : une clinique insidieuse est observée, avec des signes frustes d’une maladie évoluant sur plusieurs mois.

La maladie étant très contagieuse, les symptômes se propagent très rapidement à l’ensemble des porcs d’une exploitation.

 

Transmission

Le virus responsable de la peste porcine est présent dans le sang, les tissus, l’urine, les excréments, les sécrétions et les excrétas des animaux malades. Il est très contagieux et résistant dans les tissus animaux. Il peut dès lors être transmis par les voies suivantes :

  • par voie transplacentaire, les porcelets ainsi contaminés restants porteurs et excréteurs du virus pendant plusieurs mois après la naissance ;
  • par contact direct avec un animal malade (par introduction d’animaux infectés en provenance d’autres exploitations ou utilisation de verrats de monte au sein même des exploitations, contact avec les sangliers sauvages dans les exploitations avec parcours libre),
  • par contact indirect, par l’intermédiaire de personnes véhiculant mécaniquement le virus ou d’équipements ou de
  • véhicules contaminés,
  • par ingestion, lors de distribution aux porcs de déchets alimentaires contaminés insuffisamment chauffés (se méfier des importations illégales de produits à base de viande par des voyageurs).

 

Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique de la peste porcine classique.


Haut de la page


Mesures de prévention et de lutte

 

Prévention

En ce qui concerne la peste porcine classique, il était autrefois possible de vacciner préventivement le cheptel porcin afin de le protéger contre la maladie. Avec la mise en place d’un programme d’éradication et la volonté affichée d’atteindre un statut indemne de maladie, l’Union européenne a interdit la vaccination à partir de 1988.

La prévention contre la peste porcine classique passe par le respect de mesures générales qui sont d’application sur l’ensemble du territoire belge :

  • interdiction des rassemblements de porcs, à l’exception d’un rassemblement de porcs au sein d’un même transport vers une destination commune ou d’un rassemblement de porcs d’élevage dans un lieu de rassemblement temporaire ;
  • interdiction d’introduction d’un sanglier mort ou abattu lors d’une partie de chasse ou d’une partie de sanglier dans l’entité géographique d’un troupeau porcin ;
  • interdiction de pénétrer au sein d’une exploitation porcine ou d’entrer en contact avec des porcs dans les 48 heures qui suivent un contact avec un sanglier sauvage ;
  • interdiction de distribution de déchets de cuisine aux porcs ;
  • application de mesures de biosécurité au sein de tout élevage ;
  • mise en quarantaine des nouveaux porcs introduits au sein d’un élevage.

Des mesures supplémentaires de prévention sont d’application pour les personnes revenant de pays ou de zones à risques, c’est-à-dire de pays ou de zones dans lesquels des mesures de lutte temporaires de lutte ou de prévention sont mises en place suite à la détection de la maladie. Ces mesures valent également pour les animaux ou les transports issus de ces zones ou pays. Ces mesures sont reprises dans l’arrêté royal du 18 juin 2014 portant des mesures temporaires en vue de la prévention des maladies épizootiques du porc à déclaration obligatoire. Elles ont entre autres trait à la réalisation d’une désinfection et d’un nettoyage supplémentaire des transports sous supervision officielle lors de leur retour, la soumission des animaux importés à des examens sérologiques avant le départ du pays d’origine, l’obligation d’information de l’UPC, l’interdiction aux personnes d’accéder aux endroits où sont détenus des porcs en Belgique pendant les 72 heures qui suivent leur dernier contact avec des porcs ou du matériel à risque dans les zones à risque.

 

Lutte

Lorsqu’un foyer de peste porcine classique est identifié au sein d’une exploitation porcine située sur le territoire belge, les mesures mises en place ont pour but d’isoler le plus rapidement possible ce foyer afin d’empêcher la propagation de la maladie et d’éradiquer le virus.  L’AFSCA appliquera entre autres les mesures suivantes :

  • décret d’un stand-still national de maximum 72 heures, au cours duquel tout déplacement de porcs est interdit, à l’exception des transports directs vers les abattoirs ;
  • délimitation d’une zone de 500 m autour du foyer ;
  • assainissement de toutes les exploitations situées dans la zone et détenant des animaux des espèces sensibles et destruction des produits issus de ces animaux sensibles;
  • réalisation d’une enquête épidémiologique afin d’identifier l’origine de la contamination et les voies de propagation éventuelles (exploitation de contact) ;
  • imposition de mesures restrictives aux exploitations de contact identifiées.

 

La vaccination préventive des cheptels porcins contre la peste porcine classique n’est plus autorisée en Union européenne depuis 1988. La Commission européenne peut cependant octroyer des autorisations temporaires de vaccination à échelle réduite, notamment dans le cadre de la lutte contre la maladie au sein de la faune sauvage. Des programmes de vaccination peuvent ainsi être mis en place dans le but d’immuniser les sangliers et d’éviter que ceux-ci ne contaminent la population de porcs domestiques.



Haut de la page


Législation

 

La peste porcine classique est une maladie contagieuse à déclaration obligatoire. Toute suspicion doit immédiatement être communiquée à l’unité provinciale de contrôle de l’AFSCA.

Législation belge

 

Arrêté royal du 10 septembre 1981 portant des mesures de police sanitaire relatives à la peste porcine classique et la peste porcine africaine (M.B. du 11/11/1981). Les mesures de cet arrêté concernent uniquement la peste porcine classique.

(Numéro NUMAC - 1981002026 - pour consulter la version coordonnée)

Arrêté royal du 18 juin 2014 portant des mesures en vue de la prévention des maladies du porc à déclaration obligatoire (M.B. du 09/07/2014)

(Numéro NUMAC - 2014018229 - pour consulter la version coordonnée)

Arrêté ministériel du 13 novembre 2002 portant des mesures temporaires de lutte contre la peste porcine classique chez les sangliers et de protection du cheptel porcin contre l’introduction de la peste porcine par les sangliers (M.B. du 14/11/2002)

(Numéro NUMAC - 2002022943 - pour consulter la version coordonnée)

 

Législation européenne

 

Décision 2008/855/CE de la Commission du 3 novembre 2008 concernant des mesures zoosanitaires de lutte contre la peste porcine dans certains États membres (J.O. du 13/11/2008)

(Consulter la version consolidée)

Directive 2001/89/CE du Conseil du 23 octobre 2001 relative à des mesures communautaires de lutte contre la peste porcine classique (J.O. du 01/12/2001)

(Consulter la version consolidée)


Haut de la page


Situation en Belgique et à l'étranger

 

Situation en Belgique

Le cheptel porcin belge est indemne de peste porcine classique. La

présence du virus de la peste porcine classique a cependant été

confirmée dans la population de porcs sauvages en novembre 2002,

et a mené à la mise en place d’un plan d’éradication de la peste

porcine classique dans les zones concernées du pays. Cette éradication

a été couronnée de succès, mais la Belgique reste sous la menace

d’une réintroduction du virus dans la faune sauvage à partir de la

population de sangliers sauvages présente en Allemagne et se doit

donc de rester vigilante.

 

Situation à l'étranger (update 20/04/2016)

En Europe

L’Europe de l’ouest est actuellement indemne de peste porcine classique en ce qui concerne ses cheptels porcins domestique et sauvage. La situation est un peu moins favorable en Europe de l’est où la Lettonie a confirmé 3 foyers, 2 en 2012 et un en 2014, dans de petites exploitations de type « hobbyiste », à 15 km de la frontière avec la Biélorussie. Plusieurs cas ont également été notifiés en 2013, 2014 et 2015 dans la faune sauvage, le dernier cas datant du 26 mars 2016. Les mesures de lutte classiques sont mises ou ont été mises en place pour le traitement de ces foyers : limitation des mouvements, screening, assainissement, désinfection, quarantaine,… Le virus est par contre présent dans la faune sauvage de nombreux pays européens : ces sangliers représentent une menace d’introduction du virus dans le cheptel porcin.

 

Hors Europe

Le virus de la peste porcine classique est distribué mondialement.


Haut de la page







Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 26.04.2016   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet