Afficher cette page en :   Français   Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
 
Professionnels > Production animale > Animaux > Gibier sauvage
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 

Gibier : Sécurité sanitaire des produits / Santé publique / Santé animale










Informations générales

Hygiène

  • Publication relative aux prescriptions d'hygiène pour le gibier dans le Benelux.

Faune sauvage et faune domestique


Haut de la page


Circulaires / Procédures

  • Circulaire relative aux échanges transfrontaliers de gros gibier sauvage non dépouillé (PCCB/S3/TVV/1347004)
  • Circulaire relative à la reconnaissance réciproque de la Personne Formée (P.F.) dans le Benelux (chasse) (PCCB/S3/TVV/878741)
  • Circulaire relative à la tuberculose chez le gibier sauvage (PCCB/S3/KVT/1219397)


Haut de la page


Déplacement de / vers l'étranger

Peste porcine africaine

Rage

Grippe avaire

 

Haut de la page


Personnes formées

Une personne formée (PF) est un chasseur ayant suivi une formation qui a pour sujet le comportement du gibier, de ses maladies et des règles d’hygiène, ainsi que de la réglementation qui s’y rapporte et qui a par la suite réussi un examen (Règlement CE/853/2004).

Seule une personne formée ayant pris part à la chasse peut effectuer sur place, l’examen obligatoire du gibier pour ensuite compléter et signer une déclaration. Cette déclaration est obligatoire afin de pouvoir céder du gibier entier (en peau et non découpé) en vue d’une consommation humaine à un établissement de traitement de gibier agréé ou à un particulier, consommateur final. Le chasseur n’est pas autorisé à vendre ou à céder le gibier à un détaillant (boucherie, restaurant, traiteur, collectivité, …). Il est par contre autorisé à conserver le gibier pour sa consommation personnelle – sa propre famille – sans condition particulière. Dans ce cas, l’intervention d’une PF n’est pas obligatoire, mais elle est vivement recommandée.

Des associations de chasseurs organisent, à la satisfaction des autorités compétentes (AFSCA) des formations pour les chasseurs afin de leur permettre de devenir des PF. Pour être autorisés à suivre cette formation, les candidats doivent être titulaires d’un permis de chasse délivré par la Région wallonne ou par la Région flamande. Ce permis de chasse doit être valable pour l’année au cours de laquelle le chasseur passe l’examen pour devenir « personne formée ».


Colloques 2018 ‘Personnes Formées’ & Newsletter

 

Haut de la page



La peste porcine africaine: le rôle des personnes formées

Le nombre de cas de peste porcine africaine chez le sanglier évolue dans la zone infectée de notre pays tout en restant jusqu’à présent situés dans la zone circonscrite.

Face à cette maladie qui constitue un véritable enjeu de santé animale et économique, la collaboration de tous est essentielle.               

Avant tout, il est nécessaire de prendre en compte le partage des compétences entre le niveau régional qui s’occupe de la santé de la faune sauvage et le niveau fédéral qui veille à la santé des porcs d’élevage et domestiques et à la sécurité alimentaire.

Afin d’empêcher la propagation de la peste porcine africaine, il est important d’appliquer les mesures suivantes :

1. Sur tout le territoire belge 

En cas de détection de sanglier malade ou de cadavre de sanglier, il est primordial de ne pas y toucher et d’avertir sans délai les autorités régionales :

  • en Wallonie, le SPW : tél. 1718,
  • en Flandre, à l’ANB : https://www.natuurenbos.be/beleid-wetgeving/overlast-schade/ziekten-bij-het-wild-levende-dieren/monitoring-van-ziekten-2. 

Des équipes spécialisées se chargeront de l’évacuation du cadavre, de la désinfection de la zone et de la réalisation des analyses.

2.Dans la zone infectée 

Respecter l’interdiction régionale de la chasse, du nourrissage du gibier et de toute circulation en forêts (http://www.wallonie.be/fr/actualites/mesures-de-lutte-contre-la-peste-porcine-africaine).

3.Hors zone infectée

Dans le cadre de la chasse, lorsque des sangliers vous sont présentés en tant que personne formée pour l’examen initial notamment, l’Agence souhaite que vous soyez particulièrement vigilants. Généralement, les animaux infectés présentent un bon état général. Dans certains cas, ils ne montrent aucun signe. Dans d’autres cas, ils présentent des lésions évocatrices de la peste porcine africaine, à savoir :

  • hématomes localisés autour des oreilles, le museau ou généralisées (reins, muscle, peau,…),
  • hémorragies des ganglions lymphatiques, rate augmentée de volume,
  • excès de liquides dans les cavités thoracique et abdominale.

Si vous êtes en présence d’un sanglier qui présente des signes qui pourraient faire penser à la peste porcine africaine, veuillez immédiatement informer les autorités régionales (numéros ci-dessus), ne pas déplacer la carcasse (viscères incluses) et suivre les instructions qui vous seront données par les services compétents.

Bien entendu, les règles de biosécurité accrues doivent être respectées. Vous pouvez retrouver ces mesures et d’autres informations sur le nouveau site web de l’Agence en suivant le lien : http://www.favv-afsca.be/ppa/.

 

 

 



Trichinellose

Qu'est-ce que la trichinellose ?

Les sangliers (et les porcs) peuvent être infectés par la trichine, un parasite microscopique. Si une personne mange de la viande crue, insuffisamment chauffée ou insuffisamment congelée d’un sanglier infecté, elle peut contracter la trichinellose. Les larves de trichines sont localisées sous forme de kystes dans les cellules musculaires du sanglier. Les larves sont libérées dans l’environnement acide de l’estomac, après quoi elles pénètrent dans la paroi de l’intestin grêle où elles se transforment en vers adultes. L’irritation et l’inflammation provoquées peuvent causer des nausées, des crampes adbominales, des vomissements et de la diarrhée. Les vers femelles produisent de nouvelles larves après cinq jours qui migrent à travers le corps via les systèmes lymphatique et vasculaire. Cela peut entraîner de la fièvre, des sueurs nocturnes, des douleurs musculaires, un gonflement autour des yeux et de la fatigue. Les larves s’encapsulent et forment un kyste dans les cellules musculaires (cœur, muscles, …).

Les symptômes peuvent durer des semaines ou des mois et passer de légers à très graves selon le nombre de larves ingérées. Certaines personnes atteintes d’une infection par la trichinellose ne le remarqueront pas, d’autres peuvent conserver des symptômes permanents (par ex. des troubles nerveux) et de la douleur et il est aussi possible d’en mourir.

Pourquoi devons-nous être conscients du risque de la trichinellose et comment le diminuer ?

La trichinellose peut être contractée après l’ingestion de viande crue, insuffisamment chauffée ou insuffisamment congelée provenant de sangliers infectés par des larves encapsulées de trichines, comme ce fut le cas en Belgique en 2014. Les animaux infectés par ce parasite ne semblent pas malades mais peuvent présenter des changements de comportement, comme être moins actifs. Les parasites ne sont pas visibles à l’œil nu.


Fumer, congeler ou saumurer la viande ne suffit pas pour tuer toutes les espèces de Trichinella. Il est donc très important que la viande soit suffisamment chauffée à cœur (température à cœur supérieure à 70°C) et/ou congelée suffisamment longtemps (10 jours à -23°C ou 20 jours à une température

de -15°C).

Prélèvements pour la recherche de trichines :

Même s’il n’y a pas toujours une obligation légale pour réaliser l’analyse trichines, p.ex. quand la viande est consommée par le chasseur lui-même et sa famille, l’AFSCA encourage la recherche de trichines sur toutes les carcasses de sangliers.

Au cas où un sanglier serait destiné à être cédé à un consommateur final, la PF est tenue d’effectuer des prélèvements pour la recherche des trichines, de les faire parvenir à un laboratoire adéquat et de communiquer le résultat de la recherche à ce consommateur final.

Pour chaque sanglier, il est requis de constituer un échantillon constitué par 3 prélèvements de tissu musculaire (langue, diaphragme et membre antérieur) pour un total d’au moins 100g par animal. Cette quantité qui peut sembler importante est absolument nécessaire pour avoir suffisamment de matériel afin d’effectuer éventuellement une 2ème analyse en cas de doute ou de contre-expertise.

L’ensemble des 3 prélèvements appartenant à un seul sanglier est placé dans un sachet étanche en plastique (des kits sont disponibles auprès des fédérations de chasse), identifié par le numéro de la déclaration remplie et signée par la PF. L’opération est à renouveler autant de fois qu’il y a de sangliers destinés à un consommateur final. Les prélèvements sont envoyés sans délai par la poste. Si la recherche n’est pas effectuée immédiatement, les échantillons sont conservés au frigo mais ne doivent pas être congelés.

Les échantillons sont envoyés à un laboratoire reconnu pour la recherche des trichines désigné par l’AFSCA.

Haut de la page


Liens utiles

 

Haut de la page


Contact

 

Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 09.10.2018   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet