Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER
 

Recherche de A à Z

Point de contact
0800 13 550

Accueil Consommateurs > Vie pratique > Autres > Des balades en forêt? Oui, mais...

CONSOMMATEURS
Point de contact Rappels de produits Avertissements (allergènes) Avertissements de fraude Communiqués de presse Nos aliments Vie pratique Que fait l'AFSCA pour les consommateurs ? Incidents de sécurité alimentaire Publications Vidéos A propos de l'AFSCA Utiles   - Offres d'emploi
  - Liens utiles
COMITES
Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique
PROFESSIONNELS
Des balades en forêt? Oui, mais... Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 21.04.2017


SangliersNous aimons nous promener dans la nature, en famille en solitaire ou avec notre fidèle compagnon, le chien. Rien de meilleur pour la santé et pour se maintenir en forme. Sachons toutefois que, dans certaines circonstances, la prudence est de mise, surtout pour nos amis à poils…


Une maladie à laquelle nos animaux de compagnie sont sensibles

La maladie d’Aujeszky (du nom du chercheur hongrois qui l’a découverte) est une maladie contagieuse grave, causée par un virus et présente chez nous essentiellement dans la faune sauvage chez les sangliers. Une caractéristique de ce virus est de rester à l’état dormant dans un animal vivant durant plusieurs années, voire une vie entière. En d’autres termes, un animal peut être porteur du virus qui cause la maladie sans toutefois développer des signes cliniques. Les porcs et les sangliers sont des hôtes naturels de ce virus.

Les carnivores (chiens, chats, …) peuvent aussi contracter cette maladie, qui leur est toujours fatale. Soulignons que la maladie d’Aujeszky n’est pas transmissible à l’homme.

En Belgique, la maladie d’Aujeszky est éradiquée des cheptels porcins domestiques depuis 2002. La Belgique possède de ce fait le statut international « officiellement indemne de maladie d’Aujeszky » depuis 2012. Par contre, la maladie existe toujours dans notre faune sauvage : on estime qu’un sanglier sur cinq en est porteur.

Actuellement, le risque de transmission concerne surtout les chiens de chasse. En décembre 2016, dans la région de Gerpinnes, un jeune basset des Alpes est mort des suites d’une infection par le virus responsable de la maladie. Il avait mordu un sanglier blessé lors d’une battue. Les symptômes cliniques (fièvre, atteinte nerveuse,…) sont apparus quelques jours après le contact. Le chien a finalement été euthanasié, la présence du virus ayant été confirmée après analyse. Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident a lieu en Belgique, et cette situation est en général connue dans le milieu de la chasse.

Un contact direct entre un chien et un sanglier vivant n’est pas le seul risque. Les viscères de sanglier, souvent laissées sur place après une journée de chasse, constituent en fait le facteur de risque le plus important de transmission de la maladie d’Aujeszky.

 

En Belgique, la maladie d’Aujeszky concerne surtout les chiens (de chasse). Elle est très contagieuse et grave chez les carnivores et suidés, mais elle n’est pas transmissible à l’homme.



Autres pathologies

D’autres infections peuvent également se transmettre via les organes d’animaux sauvages à la faune domestique (chiens, bovins, porcins) : la brucellose porcine (présente chez les sangliers), la tuberculose bovine (présente chez les sangliers et les cervidés) et l’échinococcose (présente chez les renards). Ces trois maladies, en particulier l’échinococcose, sont transmissibles à l’homme.



Que fait l’AFSCA face à cette situation ?

L’Agence alimentaire accorde une attention particulière à ces maladies. Et cela, d’une part, pour éviter leur transmission de la faune sauvage aux carnivores domestiques, et, d’autre part, pour éviter leur transmission aux troupeaux d’animaux de rente (bovins, porcs, …).

Dans cette perspective, l’AFSCA a mis en place un groupe de travail, dénommé « WildLife », rassemblant des experts des différentes administrations (AFSCA, SPF Santé Publique, Services Publics régionaux, …) et des institutions scientifiques (CODA-CERVA, ARSIA/DGZ, ULg, UGent, Institut de Santé Publique). L’objectif est de permettre une approche, une surveillance et une lutte globales face à ce type de maladies.

Bien que le risque de contamination existe, on constate heureusement peu de contaminations. Mieux vaut cependant être conscient et si, lors de vos balades, vous rencontrez des animaux morts, ne laissez pas votre chien s’en approcher et optez pour un petit détour !


Source : D'après le Bulletin AFSCA n°68, pages 4 &5.



Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés.   |   Extranet