Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
Plan du site
 
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > La France a confirmé un foyer de fièvre...
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 


Communiqué de presse


La France a confirmé un foyer de fièvre catarrhale ovine de sérotype 8 dans le département du Nord (17/02/2017)

Ce jeudi, la France a confirmé un foyer de fièvre catarrhale ovine [FCO] de sérotype 8 dans la commune d’Estourmel (Département du Nord), à environ 40 km de la frontière avec la province de Hainaut.

Compte-tenu de la période d’inactivité vectorielle actuelle, l’AFSCA a décidé de ne pas encore délimiter de zone réglementée en Belgique. Cela ne sera le cas que si de nouvelles infections viennent montrer que le virus a circulé activement dans la région frontalière ou s’il venait à apparaître en Belgique.

Une zone réglementée implique qu’un ruminant ne peut quitter cette zone qu’après avoir été vacciné ou après qu’il ait été démontré au moyen d’analyses de laboratoire qu’il est immunisé et n’est pas contaminé. Un animal en gestation doit avoir été vacciné ou analysé avant la saillie ou l’insémination. Des conditions plus souples s’appliquent aux animaux destinés à l’abattage.

Pour rappel, la vaccination est le seul moyen efficace pour protéger les ruminants contre une infection par le virus de la FCO.

Le Ministre de l’Agriculture Willy Borsus : « Ce cas confirme les avis scientifiques qui prévoyaient le rapprochement et/ou l’arrivée de la maladie en Belgique. Je ne peux que conseiller aux éleveurs de faire vacciner autant que possible : les animaux sont actuellement à l’étable, il ne faut pas attendre l’été et ses moucherons infectés. De plus, j’ai récemment donné le feu vert pour renouveler le stock actuel, il y a donc suffisamment de doses. Je souhaite que cette campagne de vaccination élaborée en concertation avec les parties prenantes puisse se poursuivre sereinement et s’étendre sur les dernières semaines de stabulation hivernale, de façon à ce qu’un maximum de notre cheptel soit protégé afin de garantir la santé animale et les exportations. »

VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE CATARRHALE OVINE EN 2017
Rappels de quelques informations qui avaient été transmises par newsletter le 18 janvier

Le Fonds sanitaire met suffisamment de vaccins à disposition pour réaliser en 2017 la vaccination de tout notre cheptel contre le sérotype 8 de la fièvre catarrhale ovine (FCO8).

L’AFSCA encourage fortement la vaccination puisque la menace venant de France n’a pas du tout diminué. Le risque existe en effet toujours autant de voir le virus apparaître chez nous également, et sera maximal fin de printemps ou cet été.

Un animal correctement vacciné sera protégé contre la maladie. Il pourra aussi être commercialisé vers les zones libres si des zones réglementées devaient être délimitées en Belgique, soit suite à une circulation virale trop proche de notre frontière, soit suite à la découverte du virus chez nous. Cette possibilité de déplacement ne sera pas possible pour un animal qui n’aura pas été vacciné ou dont la vaccination n’aura pas été certifiée par le vétérinaire qui l’a effectuée !

Celui qui veut vacciner ne doit certainement pas attendre jusqu’à ce moment-là, mais réaliser la vaccination dans les semaines qui viennent, au moment où tous les animaux sont encore à l’étable, afin qu’elle puisse être réalisée dans des circonstances plus favorables.
La vaccination protège l’animal pour au moins un an. Les animaux vaccinés cet hiver seront donc protégés pendant toute la saison de pâturage à venir, quand les culicoides qui dispersent le virus seront actifs.

Les modalités de la campagne de vaccination sont les mêmes qu’en 2016. Le Fonds sanitaire met à disposition le vaccin encore gratuitement. Un éleveur qui veut vacciner ses animaux peut contacter son vétérinaire. Celui-ci pourra soit utiliser des doses du stock qu’il a toujours en sa possession, soit à nouveau commander des doses chez son grossiste-répartiteur habituel. L’administration du vaccin ne peut pas être déléguée au détenteur, le vétérinaire devra donc toujours réaliser la vaccination lui-même.

Après chaque administration, le vétérinaire doit encoder dans Sanitel (via Cerise) les doses administrées. Cet encodage est particulièrement important, notamment pour justifier de l’utilisation des doses mises à disposition et pour évaluer les quantités de vaccins disponibles en Belgique et donc nous permettre d’évaluer au mieux les quantités à commander auprès du fabriquant. Nous devons en effet trouver le juste équilibre permettant de disposer de vaccins en suffisance et d’éviter tout gaspillage lié à un stock qui ne serait pas utilisé avant la date de péremption. C’est pour cette raison que l’AFSCA contrôle, chaque fois qu’une commande est envoyée, si le vétérinaire a correctement utilisé et enregistré les doses qui lui ont déjà été livrées. Etant donné que le stock actuel permet de répondre à toute demande de vaccins dans les 5 jours ouvrables, un vétérinaire ne doit plus détenir lui-même un stock de vaccins important.
Dorénavant, l’AFSCA validera une nouvelle commande de vaccins uniquement quand le vétérinaire aura déjà administré et enregistré au moins 80% des doses qui lui ont déjà été livrées !
Des contrôles sont également effectués par l’AFSCA chez les vétérinaires.

Si des doses administrées en 2016 n’ont pas encore été enregistrées, le vétérinaire peut toujours le faire, Sanitel le permet, il n’est jamais trop tard !
En cas de problèmes ou questions, vous pouvez contacter l’adresse mail vaccin@afsca.be!

Entretemps, le monitoring hivernal organisé dans nos élevages bovins a été lancé. Pour la fièvre catarrhale, il est prévu de prélever 10 animaux dans chacun des 500 troupeaux non vaccinés, sélectionnés (sur base des encodages) pour évaluer correctement la situation en Belgique.
Il est important que le vétérinaire ne prélève que des animaux non vaccinés des 2 bonnes catégories d’âge (12 à 24 mois et 24 à 60 mois).
Si des animaux achetés sont inclus dans le groupe à prélever, il faut bien vérifier que ceux-ci n’ont pas été vaccinés avant d’avoir été rajoutés au troupeau !
Si les animaux sélectionnés dans ces exploitations ont été vaccinés, et donc sans que cela n’ait été renseigné dans Sanitel, le vétérinaire doit régulariser la situation par rapport à l’encodage et le signaler à vaccin@afsca.be. Dans ce cas, les prélèvements pour la fièvre catarrhale ne devront pas être réalisés.



     La Direction « Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux »
     DG Politique de Contrôle – AFSCA

     Le Service Prévention et gestion de crises


Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 17.02.2017   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet