Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
Plan du site
 
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > Vers une meilleure surveillance de l’utilisation des antibiotiques en santé animale
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 


Communiqué de presse de l'OIE


Vers une meilleure surveillance de l’utilisation des antibiotiques en santé animale (08/10/2015)

La lutte contre la résistance des pathogènes aux antibiotiques est un des sujets prioritaires de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Dans un contexte où l’efficacité des antibiotiques se heurte de plus en plus à l’émergence de résistances bactériennes, l’OIE prône au travers de ses réseaux scientifiques et de ses normes intergouvernementales un usage prudent et responsable des agents antimicrobiens par des vétérinaires bien encadrés et bien formés.

Le Plan d’action global de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’antibiorésistance, adopté par ses Pays membres et publié en mai 2015, souligne l’importance des normes intergouvernementales de l’OIE en appui à ce Plan et alloue une place centrale à notre Organisation en matière de surveillance de l’utilisation des antimicrobiens chez les animaux dans le monde.

Paris, le 8 octobre 2015 – Le Plan d’action mondial de l’OMS sur l’antibiorésistance publié au mois de mai 2015 se fixe pour objectif d’assurer de manière durable, l’efficacité des traitements des maladies infectieuses avec des antimicrobiens efficaces et de bonne qualité. Il propose une série d’actions clés à mettre en œuvre dans les cinq à dix prochaines années. L’OIE a fortement contribué à son élaboration, pour ce qui est des aspects liées à l’usage des antimicrobiens chez les animaux destinés à la consommation. Ses 180 Pays membres se sont également engagés à soutenir le plan mondial de l’OMS au travers d’une Résolution adoptée à l’unanimité lors de la 83ème Assemblée mondiale de l’OIE, en mai dernier.

Dans ce cadre, l’OMS, la FAO et l’OIE vont poursuivre leurs travaux collaboratifs pour sensibiliser la communauté internationale sur le sujet et développer des outils conjoints permettant de mettre en œuvre dans ce domaine le concept « une seule santé ». Les trois organisations sont en effet liées depuis 2010 par une Alliance Tripartite visant à maîtriser les risques sanitaires présents à l’interface homme-animal-environnement.

Parmi les actions portées par ce Plan mondial, l’une des réalisations importantes à développer par l’OIE est la mise en œuvre d’une base de données mondiale sur l’utilisation des antimicrobiens chez les animaux de production en lien avec son système mondial d’information sanitaire, WAHIS[1].
Il est à rappeler qu’il n’existe pas, à ce jour, de système mondial harmonisé de surveillance de l’utilisation et de la circulation des antibiotiques dans le monde. Parmi les 180 Pays membres de l’OIE, plus de 110 ne disposent pas encore de législation pertinente relative aux conditions appropriées d’importation, de fabrication, de distribution et d’usage des produits vétérinaires, y compris les antibiotiques. Ces produits circulent ainsi sans contrôle comme des marchandises ordinaires et sont souvent frelatés. C’est dans ce contexte que l’OIE a été mandatée par ses Pays membres pour collecter des informations relatives à l’utilisation mondiale des antibiotiques chez l’animal destiné à la consommation au travers des services vétérinaires nationaux, mandat qui est appuyé par la FAO et l’OMS à travers le Plan d’action mondial sur l’antibiorésistance.

La base de données constituera un socle solide pour les travaux des trois organisations dans leur lutte contre les résistances bactériennes. Les informations récoltées permettront, entre autres, aux pays membres de mieux analyser et contrôler l’origine des médicaments, d’obtenir des données plus fiables sur les importations, de tracer leur circulation, et de mieux évaluer la qualité des produits en circulation.

La mise à jour de l’ensemble des normes intergouvernementales de l’OIE dans le domaine de l’antibiorésistance a également progressé en mai 2015. Ces textes couvrent aussi bien l’utilisation des antimicrobiens, que l’élaboration des programmes de surveillance, le suivi des quantités d’antibiotiques utilisées, et l’appréciation des risques d’émergence ou de propagation de bactéries résistantes chez les animaux terrestres et aquatiques. L’OIE a également adopté après mise à jour la liste des antibiotiques importants en médecine vétérinaire.

En adoptant ces normes, les 180 Pays membres s’engagent à les transposer dans leur législation nationale. C’est pourquoi, afin de soutenir au mieux cette mise en œuvre à l’échelle nationale, tout en exerçant son devoir de solidarité , l’OIE met à disposition des pays qui en ont besoin des programmes visant à l’amélioration des performances des services vétérinaires et des laboratoires, ainsi qu’au transfert de compétences entre pays.

Ainsi, depuis plus de 15 ans, l’OIE poursuit avec l’appui de son réseau d’expertise mondial ses objectifs visant à mieux contrôler la production, l’enregistrement, l’importation et la distribution des antimicrobiens dans le monde et à encadrer leur utilisation chez les animaux grâce à la mise en place de législations adéquates, et des moyens de contrôle appropriés pour la faire respecter. Le rôle des vétérinaires est fondamental pour contrôler l’usage des antibiotiques au niveau des fermes, et pour éviter qu’ils ne soient utilisés par des personnes non formées à cet effet. La garantie de disposer de vétérinaires bien formés et conscients du poids de l’éthique à respecter repose sur des Ordres Vétérinaires conformes aux normes de l’OIE. C’est à ce prix que les antibiotiques, bien public mondial, indispensables à la santé animale, au bien-être animal, et à la sécurité de l’approvisionnement alimentaire pourront être durablement mis au service de tous.

En savoir plus sur les activités de l’OIE en matière de lutte contre l’antibiorésistance
Fiche repère (mise à jour juillet 2015)
Normes, recommandations et travaux de l’OIE en matière de lutte contre l’antibiorésistance. (mise à jour juillet 2015)
Portail sur l’antibiorésistance
Résolution adoptée en mai 2015 : Combattre l'antibiorésistance et promouvoir une utilisation prudente des agents antimicrobiens chez les animaux
Liste des antibiotiques importants en médecine vétérinaire

En savoir plus sur les activités Tripartites FAO/OIE/OMS en matière de lutte contre l’antibiorésistance
Fiche Tripartite sur l’antibiorésistance




Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 22.09.2016   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet