Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
 
Professionnels > Publications > Communiqués de presse & Communications > L'acrylamide dans l'alimentation
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 


Communiqué de presse du Comité scientifique de l'AFSCA


L'acrylamide dans l'alimentation (16/12/2014)

Le Comité scientifique de l'Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA) a calculé que l'ingestion d'acrylamide via l'alimentation n'a guère baissé.

Qu'est-ce que l'acrylamide ?
L'acrylamide est une substance avec un grand nombre d’applications industrielles, parmi lesquelles la production de polymères. Ce n’est qu’en 2002 que la présence d’acrylamide dans les denrées alimentaires a été détectée. L’acrylamide se forme lors du processus de cuisson ou de friture de denrées alimentaires, particulièrement des aliments riches en amidon comme les chips, les frites, les biscuits, biscottes, pain d'épices, céréales pour petit déjeuner, toasts, pain et pizzas. Le café, les substituts du café (comme par ex. la chicorée), le popcorn et le chocolat contiennent également de l'acrylamide. Cette substance serait cancérogène pour les animaux de laboratoire, et depuis des années, l'Agence alimentaire suit la teneur en acrylamide des produits sensibles.

La teneur en acrylamide s''avère avoir insuffisamment baissé
Une comparaison des teneurs en acrylamide notées entre 2002 et 2006 et celles notées entre 2008 et 2013 fait apparaître que dans la plupart des denrées alimentaires, la teneur n'a guère changé, voire pas du tout. Malgré une forte diminution dans les chips et le pain d'épices, la teneur dans le café s'est sensiblement accrue. De plus, la teneur en acrylamide des frites et des substituts du café semble présenter une tendance croissante.
En termes d'exposition, ces résultats ne correspondent qu'à une diminution limitée de l'ingestion d'acrylamide du consommateur.

“Jaune doré au lieu de brun foncé”
Le consommateur peut lui-même diminuer considérablement son ingestion d'acrylamide à l'aide d'une série de mesures simples, comme p.ex. en évitant un brunissement excessif des denrées frites et du pain grillé, et en suivant la recommandation traditionnelle d'un schéma alimentaire varié comportant suffisamment de fruits et légumes. A l'industrie alimentaire (y compris le secteur de l'horeca et des cuisines de collectivités), il est demandé de fournir des efforts permanents et d'entreprendre des actions concrètes en vue de réduire autant que possible la teneur en acrylamide de leurs produits. Des mesures possibles sont données dans une 'boîte à outils' (toolbox) que l'organisation sectorielle européenne a développée en collaboration étroite avec la Commission européenne.

Cette étude est reprise de façon détaillée dans les avis suivants du Comité scientifique :
- avis numéro 18-2014: www.afsca.be -> Comité scientifique -> Avis 2014
- avis numéro 25-2008: www.favv.be -> Comité scientifique -> Avis 2008

Pour plus d'informations, vous pouvez vous adresser à :
Prof. Marie-Louise Scippo (ULg – Comité scientifique de l’AFSCA) - GSM: 0495/81.76.86


Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 08.08.2016   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet