Afficher cette page en : Français Néerlandais
 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
 
Accueil > Publications > Communiqués de presse > L'Agence alimentaire discute à Moscou de l'embargo russe sur la...
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 


Communiqué de presse


L'Agence alimentaire discute à Moscou de l'embargo russe sur la viande porcine européenne (05/03/2014)

L'exportation de viande porcine de l'Union européenne vers la Russie n'est actuellement pas possible en raison de la constatation de la présence de peste porcine africaine (PPA) chez des sangliers sauvages en Pologne et en Lituanie.

A la suite de cet embargo qui s'éternise et de ses graves implications économiques pour le secteur belge (de la viande) du porc, une délégation belge officielle s'est rendue à Moscou, où elle a eu le 04/03/2014 un entretien avec l'Agence russe de sécurité alimentaire Rosselkhoznadzor.

L'AFSCA, soutenue par l'ambassade de Belgique, souhaitait par cet entretien renforcer la confiance dans le système belge de maîtrise des risques, espérant de ce fait contribuer à la reprise de l'exportation de viande porcine vers la Russie.
A cette fin, elle avait déjà transmis un dossier étoffé à ses collègues russes.
L'Agence alimentaire a en outre expliqué comment le respect des exigences russes est garanti en Belgique à quatre niveaux : au niveau du système d'autocontrôle chez l'exportateur qui doit couvrir les exigences russes spécifiques, au niveau du secteur, qui a développé un programme de monitoring et a conclu un accord avec son partenaire russe; au niveau de l'AFSCA, qui contrôle à l'aide d'inspections spécifiques, et au niveau de l'Europe qui audite l'AFSCA.
M. Dankvert, chef de Rosselkhoznadzor, a souligné que la Belgique fait partie des Etats membres présentant le risque le plus faible sur le plan de la PPA. De plus, la Belgique est jusqu'à présent le seul Etat membre à avoir fourni à Rosselkhoznadzor un dossier complet sur la maîtrise de la PPA. La Belgique pourra immédiatement commencer à exporter dès la réouverture des marchés. Cette réouverture dépend des négociations qui sont activement menées à ce sujet au niveau européen. La Russie souhaite d'ores et déjà davantage de garanties que celles présentées actuellement par l'Europe et se prévaut pour ce faire de sa propre expérience du virus de la PPA.
La Belgique interviendra au niveau européen en vue de parvenir à une solution rapide et pragmatique, qui doit en tout cas être basée sur une évaluation du risque, pour laquelle des experts en la matière sont impliqués.
L'ambassade de Belgique à Moscou appuie pleinement cette initiative et espère organiser à l'automne un événement sur les denrées alimentaires belges afin de soutenir les exportations.

Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 04.03.2016   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet